MANU MEYSSAT VOUS DONNE SES CONSEILS POUR UN BÉLIER SEREIN !

Manu Meyssat, athlète Thuasne Sport a déjà participé à de nombreuses reprises au Trail le Bélier. Cette année, il ne sera pas au départ mais il a toutefois voulu vous donner de ses nouvelles et vous encourager !

Donne nous de tes nouvelles ! Quel est ton état de forme du moment ?

La forme est plutôt bonne en ce moment, mais uniquement sur le vélo ! Je souffre depuis un an et demi d’une inflammation chronique de la symphyse pubienne et qui depuis le début de l’année m’empêche de courir…donc en attendant de trouver une solution, je jette mon surcroît d’énergie sur le vélo et accroche quelques dossards au passage !

Quel est ton palmarès sur le Bélier ?

5 victoires sur le 27km du Bélier, et d’ailleurs lors de ma première participation en 2008, c’était la distance authentique, il n’y avait que ce parcours…depuis l’engouement à fait naître d’autres formules pour tous les niveaux.

Pourquoi tu as autant fait cette course ?

Généralement, du printemps jusqu’à fin juillet, le planning compétition est chargé, et je profite du mois d’août pour relâcher la pression, car souvent en Septembre, il faut de nouveau être opérationnel pour les championnats du monde…du coup, la distance du 27km, n’est ni trop violente par l’intensité, ni trop contraignante en termes de distance et dénivelé, c’était donc un bon compromis pour ne pas rester 6/7 semaines sans dossards.

C’était aussi l’occasion de rendre visite à une partie de mes partenaires (Thuasne sport, Hoka, Sammie) présents sur le salon, et de passer un moment convivial avec eux. Et le Bélier c’est LA course conviviale !

Qu’est-ce que le 27 km du Bélier a de spécifique ?

Justement, il n’est pas trop spécifique, il y a une bonne petite bosse dès le départ, mais très sympathique et bien au frais dans les bois, elle passe bien…et puis la dernière montée sur Beauregard qui fait plus mal car assez longue, avec le soleil qui peut commencer à taper et la fatigue à ce moment-là, c’est le “money time” de la course.

Pour le reste, c’est relativement roulant, mais jamais monotone, avec de nombreux changements de terrains et paysages. Donc je dirais que sa spécificité première est certainement la beauté des lieux ! Quand on contourne le lac des confins au soleil levant, on se rend compte de la chance que l’on a de découvrir ce que la nature, pourtant si fragile, nous offre…

Des conseils pour la préparation ?

Comme je l’ai mentionné un peu plus tôt, il n’y a pas réellement besoin d’une prépa bien spécifique, on peut rester soit sur une base trail sans en rajouter sur le plan technique ou bien sur des cumuls de dénivelé important. Mais je pense que l’on peut également aborder cette course avec une prépa type marathon, en combinant quelques séances de seuil long légèrement vallonnées et en y incorporant quelques séances de côtes, le reste étant principalement du travail d’aérobie, permettant de tenir la distance entre 2h et 3 ou 4h selon le niveau.

Des conseils pour le parcours ?

Je dirais que ceux qui découvrent le Bélier ou peut-être même le trail et cette distance, doivent attaquer tout en souplesse la première ascension, afin de profiter pleinement des paysages et des nombreuses relances qui suivront… ensuite, vous pourrez jeter les dernières forces sur l’ascension de Beauregard, mais attention tout de même, car la pente s’élève assez fort dès le début, mais l’ascension est encore longue.

Puis c’est une longue descente vers l’arrivée qui vous attends, où il faudra juste rester vigilant dans sa partie finale, pour ceux qui ont les chevilles fragiles.

Si tu veux ajouter quelque chose ..

Bonne course à tous, et n’oubliez de lever les yeux pour profiter au maximum des paysages.

Ah oui, j’oubliais, ne partez pas non plus, sans déguster le repas offert d’après course !😜

[an error occurred while processing this directive]